fbpx

# LES INFOS PRATIQUES / ME CONTACTER ou naviguer sur le site :

J’ai choisi la date de ma semaine de jeûne en immersion, comment faire pour m’inscrire ?

Rendez-vous sur l’onglet Contact/Inscription et déroulez le menu dans Inscription puis cliquez sur la date choisie : Contact/Inscription

J’ai une question à poser ou besoin d’une information complémentaire de tout ordre, comment procéder ? Je préfère échanger avec vous avant de m’inscrire.

Rendez-vous sur l’onglet Contact et posez-votre question dans la rubrique message ou contactez-moi par téléphone selon vos préférences. Contact/Inscription

Comment se rendre sur le lieu du jeûne ? Est-il préférable de venir en train ou en voiture ?

Si vous venez en train, la gare de la Rochelle se trouve à 50 mn en voiture du lieu de jeûne. Je vous donnerai les informations plus précises après l’inscription. Il y a des navettes en bus, mais c’est assez long (comptez 1h50 avec tous les arrêts mais le paysage est très joli !). Vous aurez la liste des co-jeûneurs  et il y a toujours des jeûneurs qui peuvent s’arrêter à la gare et vous emmener à bon port !

La dernière matinée de votre immersion, vous commencez la reprise alimentaire avec des jus, des bouillons et des graines germées. Si vous êtes en voiture, je vous donne une petite bouteille avec du bouillon ou/et du jus pour la route.

Et si vous souhaitez prolonger votre reprise sur place 1, 2, ou 3 jours, c’est tout à fait possible. Contactez-moi pour vos demandes.

Que se passe-t-il une fois inscrit(e) et que faut-il prévoir pour le jeûne ?

Vous recevez un e-mail après votre inscription et un questionnaire de santé à partir duquel je vous transmettrai des informations et des recommandations adaptées et simples à appliquer.

Une quinzaine de jours avant votre semaine de jeûne en immersion, vous recevrez un autre e-mail avec des informations complémentaires, les choses à prévoir, et votre préparation de descente alimentaire à mettre en place une semaine avant.

Vous pourrez toujours me contacter pour des informations supplémentaires. Je suis à votre écoute.

 

# INFOS GÉNÉRALES SUR LE JEÛNE

Le jeûne est-il déconseillé pour moi ?

Non, si vous n’entrez pas dans les contre-indications. En cas de doute, contactez-moi.

J’ai très envie de jeûner mais cela me fait peur ?

La vraie peur phobique du jeûne est une contre-indication. Vous serez résistante et ni votre corps ni votre esprit ne seront aptes à le faire. En revanche, si ce sont juste des peurs par manque de confiance en vous et en vos ressources ou méconnaissance du jeûne, parlons-en. Je répondrai à toutes vos questions pour vous mettre en confiance mais absolument pas dans le but de vous convaincre. Ce n’est peut-être pas le moment pour vous et celui-ci viendra en temps voulu… ou pas.

Les premières 48 heures, un corps qui n’a jamais jeûné est « surpris » et « stressé » par cette abstinence, mais l’organisme, qui est une fabuleuse « machine », comprend très vite et se met au travail en puisant dans ses réserves compensant ainsi, par divers mécanismes physiologiques, l’absence de nourriture extérieure (voir plus bas). Pour un organisme moyen (1,70 m / 70 kg), nous avons des réserves jusqu’à 40 jours !

Un jeûne se « désire » et se décide. Et c’est dans cette énergie de confiance et d’envie que votre corps l’acceptera et fera son travail. Vous le traverserez non seulement plus facilement mais avec joie même si certains symptômes d’inconfort se présentent.

Je me rends compte avec l’expérience que plus vous êtes en confiance et dans l’acceptation du moment présent sans aucune attente, contraintes ou résistances, plus votre corps est prêt et le jeûne est simple et réjouissant. Laissez-vous aller au repos, aux exercices physiques en douceur, aux relaxations/méditations et au temps de pause qui vous seront proposés. L’environnement ici est très propice à la sérénité et à la tranquillité. Et il est contre-productif de se contraindre à cette expérience et reconnexion à Soi non désirée.

Je vous accompagne aussi pour la préparation à ce jeûne et je vous apporterai tout ce qu’il est nécessaire.

Pourquoi jeûner et les bénéfices du jeûne sont-ils pérennes ?

Pendant des centaines de milliers d’années, l’espèce humaine a subi des périodes de famines succédant à des périodes fastes. L’organisme s’est adapté  à jeûner et il en résulte des réflexes ataviques ancrés dans la mémoire du corps et héritée de notre évolution (Cf. Valter Longo).

Le jeûne est une méthode remontant à la nuit des temps et les anciennes civilisations avaient bien compris l’intérêt de jeûner et les bénéfices qui en découlaient le mettant en pratique de façon préventive et curative (Cf. sur le site)

Hippocrate, père de la médecine, disait : « Quand le corps est chargé d’humeurs impures, faites-lui supporter la faim : elle dessèche et purifie ».

Le stress du rythme de vie, l’environnement pollué, les aliments transformés, la suralimentation, etc…, tout comme le stress, les conflits et les pensées négatives qui sont polluantes et intoxinantes, créent une baisse de l’immunité, de vitalité, des symptômes et pathologies. Le jeûne permet de « déstocker » et il est un excellent moyen de stimuler le système immunitaire et d’initier l’organisme à faire « peau neuve » au sens propre comme au figuré. Il permet un recentrage à tous les niveaux : physique, psychique, émotionnel et spirituel. Il offre cette possibilité de faire une pause pour se reconnecter à Soi et à notre vraie réalité. J’en parle beaucoup dans mon site mais tous les sujets seront largement détaillés lors de votre jeûne en immersion.

Hors contre-indications, le jeûne est évidemment une excellente indication pour un nettoyage en profondeur de l’organisme. Pour autant, s’il n’est pas suivi d’une hygiène de vie correcte et un bon équilibre alimentaire, les bienfaits et le regain de vitalité ne dureront qu’un temps…

Le jeûne est un « outil » merveilleux mais il n’est pas une panacée si l’on ne remet pas en question ses habitudes de vie délétères.

Physiologiquement, comment le corps fait-il pour subsister à l’abstinence alimentaire ?

Le jeûne procède à un vrai « décrassage », un « reset » de tout l’organisme. Et en l’absence de nourriture extérieure, c’est en lui-même que l’organisme va trouver toutes les ressources pour se nourrir : il va épuiser sa réserve de glucose en 24h. Puis les protéines des muscles seront partiellement comburées et transformées en glucose. Pour ne pas se dénutrir, il bascule ensuite automatiquement vers les graisses (réserves pondérales) qui sont déstockées pour fabriquer, via le foie, un extraordinaire substitut du glucose : les corps cétoniques qui vont prendre la relève et nourrir le cerveau (il en est très friand) et les organes en même temps que le corps va se détoxiner.

L’organisme va ainsi se nourrir de lui-même (sans se carencer). C’est à ce moment (entre 2 à 4 jours selon les personnes) qu’il peut apparaître des symptômes inconfortables (maux de tête, nausées, baisse d’énergie, etc…) et seront soulagés, le cas échéant, par des huiles essentielles et/ou autres remèdes naturels, des exercices physiques en douceur et une bonne oxygénation, etc…

Ensuite, le corps en auto-restauration, trouve un équilibre et prend sa vitesse de croisière, poursuivant sa détoxination et sa régénération.

J’ai très brièvement expliqué ce mécanisme physiologique du jeûne que je détaillerai lors des ateliers de santé pendant votre semaine en immersion.

Dois-je poursuivre mes traitements médicamenteux ou compléments alimentaires pendant le jeûne ?

En règle générale, les traitements ne sont pas arrêtés. Néanmoins, pour citer cet exemple : les personnes sous anticholestérolémiants et anti hypertenseurs (sans lien avec une pathologie identifiée ou héréditaire) les diminuent et les arrêtent très souvent d’eux-mêmes en cours de jeûne. Pour la plupart d’entre elles, force est de constater notamment la régularisation de leur tension artérielle au long court puis, après bilan sanguin, celle de leur taux de cholestérol qu’elles surveillent régulièrement en même temps que la poursuite d’une hygiène de vie et alimentaire correctes.

Encore une fois, c’est au cas par cas et tout dépend du traitement. Il n’est pas question par exemple d’arrêter ses antidépresseurs, son Lévothyrox ou autre traitement de fond pendant le jeûne et sans être conseillé par son médecin référent.

En ce qui concernent les vitamines et complément alimentaires : il est conseillé de les arrêter pendant le jeûne. Une personne sous-vitaminée, dévitalisée ou carencée avérée fera d’abord un réglage alimentaire sur plusieurs semaines ou mois avant d’entreprendre un jeûne. Nous en parlerons aussi pendant votre semaine de jeûne en immersion et nous parlerons de l’alimentation qui apporte toutes les vitamines nécessaires.

J’ai très envie de jeûner mais j’ai peur d’être trop mince pour une semaine de jeûne hydrique en immersion ?

Il est fréquent que des personnes minces aient peur de trop s’alléger pendant leur jeûne. Tout dépend de plusieurs critères : l’IMC de départ (indice de masse corporelle/réserve pondérale), la vitalité, le tempérament et la typologie, la peur du jeûne. A étudier au cas par cas et je propose aussi la solution du jeûne aux jus et graines germées selon le cas.

En ce qui concerne les personnes de constitution très menues, se nourrissant bien et présentant un bon état général, il sera possible de jeûner. N’hésitez pas à me contacter si besoin.

Il est contre-indiqué pour une personne cachectique ou d’une maigreur « maladive » de faire un jeûne.

Dois-je prendre l’avis de mon médecin avant d’entamer un jeûne ?

Le jeûne n’est pas enseigné lors des études de médecine. Les médecins sont bien souvent méfiants et souvent non documentés sur le sujet sans parler du poids et influence des lobbies pharmaceutiques… Cependant, de plus en plus de médecins s’y intéressent ou ne sont pas réfractaires et nous pouvons espérer que l’évolution de cette médecine alternative prennent de l’ampleur et soit correctement accompagnée.

Il n’est pas question pour moi de m’opposer à la médecine conventionnelle et de vous dire que le jeûne remplace tous les traitements allopathiques même si dans de nombreux cas il est une excellente alternative. Il est important de savoir « raison garder » et avoir du discernement et de la prudence en fonction de chacun, de ses ressources et de ses pathologies.

J’ai un cancer et j’ai entendu dire que le jeûne était efficace sur les cellules tumorales et métastases ?

En effet, les recherches de scientifiques spécialisés en biologie cellulaire, génétique et neurosciences, et notamment les études du Pr Valter Longo font beaucoup avancer sur le jeûne et ses bienfaits, sur le jeûne/le cancer/ et la chimiothérapie.

« Mettre à jeûn les cellules à multiplication rapide (les cellules cancéreuses) les affaiblissent alors que les cellules saines résistent à la privation. »

Michel Lallement, chirurgien cancérologue, dit sur la prévention des cancers et la chimio : “Un jeûne tel qu’il est proposé par Valter Longo pour accompagner la chimiothérapie est de trois jours, autrement dit il n’y a aucun risque pour la santé. Le plus souvent, au moins huit fois sur dix, les effets secondaires de la chimiothérapie sont très largement diminués. Dans mon expérience, c’est très net. »

Des études sont encore en cours sur les essais cliniques sur les humains qui tardent à paraître de façon officielle !

En Allemagne et en Russie le jeûne est pratiqué depuis des décennies et il y a des cliniques spécialisées. Nous sommes très en retard dans cette pratique en France même si le jeûne commence à prendre de l’ampleur depuis ces dernières années.

Environ 22 % de la population allemande déclare jeûner une semaine par an et pris en charge partiellement par la sécurité sociale.

En Russie, la pratique du jeûne à visée curative est remboursée aussi et dans les années 60, les résultats d’études sur les patients ont été reconnues (mais jamais traduites) par l’académie russe de médecine.

Pourquoi n’est-ce pas le cas en France ?

Il y a plein de sites sur le jeûne, je ne sais que choisir !

Une seule phrase un peu longue !

Infirmière spécialisée – 30 ans dans le soin à la Personne – 45 jeûnes animés et co-animés (dont plus de 3 ans de collaboration avec un naturopathe) – connaissance du jeûne depuis l’âge de 19 ans – guérie d’une polyarthrite rhumatoïde sévère traitée pendant 18 ans – passionnée par la santé, l’Humain et ses extraordinaires ressources – le cœur comme énergie motrice – expérience directe – sans dogmes – Passionnée et inépuisable !

Allez vers ce qui vous appelle.

La purge et/ou lavement colonique avant jeûne ?

Le côlon est un organe d’élimination, d’excrétion (des déchets) mais aussi un organe d’assimilation (des sels minéraux…). Il est très intéressant de bien nettoyé le côlon avant le jeûne ou/et les premiers jours du jeûne afin de favoriser notamment la détoxination opérée et s’alléger dans tous les sens du terme ! Je vous donnerai toutes les explications dans votre préparation.

Je souhaite approfondir le sujet du jeûne avant de venir faire une semaine en immersion, et si vous deviez me conseiller un seul livre, lequel serait-il ?

Sans aucune hésitation, je vous conseillerai le livre de Thierry de Lestrade « le jeûne, une nouvelle thérapie ? » très sérieusement documenté avec l’historique du jeûne, les enjeux, les études de chercheurs et scientifiques pionniers et contemporains, des témoignages, etc… Il explique aussi les raisons pour lesquelles on peut s’interroger sur la lenteur et la diffusion des études qui déterminent l’intérêt du jeûne : « Les études et les essais thérapeutiques à grande échelle sont financés en grande partie par l’industrie pharmaceutique et l’industrie pharmaceutique n’a aucun intérêt à prouver l’efficacité de traitements à l’eau… »

Ce livre est encore plus complet, que le documentaire réalisé par l’auteur et Sylvie Gilman ayant permis de « démocratiser » le jeûne ces dernières années.

Je suis fumeur(se), j’ai envie d’arrêter mais j’ai peur d’être en manque ?

Si vous êtes motivé(e), vous verrez que très rapidement l’envie de fumer disparaitra.

Si la volonté n’est pas totale, le jeûneur est parfois plus « accroché » au manque du geste auquel il est habitué, et il lui faut quelques jours pour lâcher et « faire le deuil » de cette habitude. Une chose est sûre, le jeûne est très efficace pour initier l’arrêt s’il y a la motivation.

Dans le cas où le jeûneur fumeur n’est pas décidé à arrêter, je lui demande juste de le faire à l’extérieur du lieu.

On parle beaucoup du jeûne intermittent ? De quoi s’agit-il ?

Après avoir jeûné une semaine, ce que je recommande au moins une fois par an, vous prendrez aussi conscience de vos mauvaises habitudes alimentaires, vos excès, les grignotages divers et aussi « la pollution émotionnelle » toute aussi néfaste. C’est ce que je vous transmettrai pendant votre jeûne en immersion ou avec l’offre de réglage alimentaire.

Vous mettrez ensuite en place la façon la plus adaptée pour vous de laisser votre système digestif au repos avec le rythme qui vous conviendra. Une journée de jeûne par semaine est une très bonne fréquence. Mais il y en a d’autres.

Pour ma part, je ne mange qu’une fois par jour depuis 6 ou 7 ans. Mon corps est donc au repos digestif une vingtaine d’heures / jour. Je ne suis ni dénutrie ni maigre. J’ai une excellente santé et une énergie constante… dès le réveil ! Mais comprenez bien que ce qui est bon pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre et que vous ne pourrez pas mettre en place un jeûne intermittent dans la joie et la santé si vous ne le vivez pas pleinement et sans contrainte.