fbpx

Comment faire son premier jeûne ?

Sommaire

Aujourd’hui, encore plus qu’hier notre organisme a besoin de se reposer.

Au fil du temps, notre alimentation a subi de grandes transformations. 

De l’industrialisation à la surconsommation, nous pouvons manger à toute heure et malheureusement, en dehors de produits frais et « faits maison », notre organisme est mis à mal. Ce n’est pas la frugalité mais l’excès qui rend malade.

Le facteur « stress » qui s’ajoute à l’alimentation est tout aussi toxique et a un impact primordial sur notre immunité – dont nous avons tant besoin aujourd’hui….- pour nous défendre des toxines exogènes (extérieures) et endogènes (intra et extra-cellulaire)

Comment jeûner ?

La meilleure façon de jeûner ou d’entamer un jeûne repose avant tout sur le désir de le faire. Jeûner est un choix très personnel et les raisons peuvent d’ailleurs être variées :

  • pour la santé physique (en prévention ou curatif),
  • pour un mieux-être global et retrouver la sensation bénéfique du « vide ».

Il est alors très apprécié chez les personnes qui souhaitent s’alléger pas seulement au niveau physique mais aussi au niveau psychique et émotionnel.

Beaucoup de jeûneurs le pratiquent pour les sensations d’allègement qu’il engendre mais aussi de clarté d’esprit, de lucidité pour des prises de décisions à venir ou encore tout simplement comme « retraite » spirituelle.

D’une part le vide qui se crée par l’absence de consommation d’aliments, donc de digestion, procure cet état particulier de « liberté », hors des contraintes quotidiennes et notamment celle de préparer ses repas ! Les journées ne sont plus rythmées de la même façon et le jeûneur, surpris, y trouve de nombreux avantages en terme de gain à tous les niveaux.

D’autre part, « privation » de nourriture va créer des modifications bio-physiologiques notamment avec la production des corps cétoniques, ce substrat très énergétique et puissant (que le cerveau adore !) qui a des vertus multiples sur toutes les sphères de notre corps dont celle de régulation et d’auto-guérison.

Comment jeûner en pratique ?

Il est tout à fait possible de mettre en place un rythme hebdomadaire de jeûne. Votre corps en sera des plus reconnaissant.

La nuit, la détoxination hépatique et rénale est la plus élevée. C’est dans cette période que les déchets sont éliminés le plus efficacement. Il est donc excellent de prolonger ce travail de nettoyage en ne prenant pas de petit dé-jeûner et mieux encore de dé-jeûner. 

Une journée de jeûne est donc un réel repos pour tout l’organisme, même si le jeûne prend toute sa puissance au-delà de 3 jours et que je recommande de jeûner au moins 5 jours pour un grand nettoyage émonctoriel/organes de filtration et d’élimination (foie, intestins, reins, poumons, peau, utérus/vagin chez la femme).

L’idéal est de manger plus léger la veille et de ne rien manger pendant 24 heures. Si c’est trop difficile, ne consommer qu’un bouillon clair 2 à 3 fois dans la journée.

Et bien boire de l’eau plate, peu minéralisée afin de faciliter le transport des toxines (montcalm, rosée de la reine, montroucous, volcania, volvic…). Gardez bien en tête que « L’eau est meilleure pour ce qu’elle emporte que pour ce qu’elle apporte ».

Vous pouvez donc choisir plusieurs façons de faire ce jeûne selon ce qui sera plus facile pour vous :

Ne pas prendre votre repas du soir et vous coucher tôt pour ne pas être tenté de manger ou grignoter. Au réveil le matin, boire un grand verre d’eau tiède avec un jus de citron ou ½ citron si envie. Vous pourrez aussi boire une tisane (pour le plaisir).

Vous ne mangerez rien le midi (ou juste un bouillon clair). Et vous reprendrez votre repas habituel le soir.

Ce rythme-là est apprécié car il semble plus simple pour la plupart des personnes de jeûner dès la veille au soir, supprimer le petit déjeuner et le déjeuner et recommencer à manger le soir.

À vous de choisir le rythme qui convient pour débuter votre journée de jeûne de 24 heures la veille ou commencer à jeûner après le petit déjeuner ou après le déjeuner.

Vous serez étonné de voir que vous pouvez vivre votre journée tout à fait normalement et que ce ne sont que vos peurs, limitations et croyances faites de suppositions sur la difficulté de se faire qui vous en empêche.

Le « Je vais faire une hypoglycémie » est très courant mais le corps a des réserves et ré-équilibre sans cesse, en l’occurrence, grâce à ses hormones dont l’insuline et le glucagon qui agissent sur la glycémie (équilibre du taux de sucre dans le sang) et déstocke le glucose nécessaire.

Pour autant, certains peuvent ressentir des mots de têtes signe d’une détoxination salutaire. À noter que les diabétiques de type 1 (insulino dépendant) ne peuvent pas jeûner contrairement aux diabétiques de type 2. Expérimenter et tester sans danger de sauter un repas, voire deux puis trois et une journée par semaine voire deux journées vous apportera de la légèreté par la mise au repos de l’organisme. Vos organes s’habitueront très vite à ce rythme (en quelques semaines), l’apprécieront et vous en remercieront ! Le mieux est de l’expérimenter.

Pourquoi se faire accompagner ?

Avantages de faire une immersion d’une semaine pour que le jeûne soit une réussite et que votre organisme fasse un réel reset  :

Comme je l’ai dit précédemment, il est tout à fait possible de jeûner seul après s’être informé, avoir écouté des témoignages, lus des livres sur le sujet, visionner des vidéos -et il y a aujourd’hui pléthore d’informations sur le jeûne-. Mais il est nécessaire et important de s’y préparer à l’avance afin d’être dans les meilleures conditions. Se sentir en sécurité avant tout car certains symptômes, auxquels on ne s’attendait pas, peuvent surgir et entraîner un stress ou des angoisses inattendus.

Un accompagnant, et mieux encore un spécialiste de la santé, est un gage de sécurité pour un jeûne réussi. L’impact du groupe est aussi une énorme valeur ajoutée. Le groupe permet une belle cohésion, un partage d’expériences et des résonances très positives même si chacun peut profiter de moments solitaires pour un retour vers Soi. En effet, le jeûne n’est pas qu’une abstinence alimentaire. Il a un impact global au niveau physique, psychique et émotionnel et il est important que le jeûneur soit encadré, écouté, entendu et soutenu dans cette démarche.

D’autre part, les jeûneurs reçoivent une vraie formation lors d’ateliers de santé pour une réforme alimentaire et la poursuite en toute autonomie de la prise en charge de leur santé.

C’est en tout cas ainsi que j’accompagne mes jeûneurs et mon cursus de soignante me donne cette expertise et ce privilège de pouvoir accompagner les jeûneurs en confiance, enthousiasme et sécurité.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *